Les astuces pour ne pas se tromper

Les logiciels ont beaucoup évolués en l’espace de 10 ans mais c’est surtout la manière de les « consommer » qui a pris un tournant impressionnant. Ce qui suit est écrit pour que vous ne vous trompiez pas et que vous ne perdiez pas de temps.

Tout a changé avec Salesforce

Avant Salesforce tous les éditeurs vendaient des « licences« . La licence est un droit d’utilisation d’une version d’un logiciel qui dure autant de temps que l’utilisateur le souhaite. Charge à lui bien entendu de l’installer sur son poste et de le mettre à jour moyennant des frais supplémentaires. Ce mode d’achat était particulièrement lucratif pour les éditeurs car le client supporte 100% du coût du logiciel avant même de l’avoir essayé. Par ailleurs l’éditeur ne fournissait pas de maintenance, de mise à jour ou de support sans frais supplémentaire.

Avec le développement d’Internet des éditeurs ont renversé ce modèle économique très lucratif en remplaçant la licence par l’abonnement. L’éditeur fait donc beaucoup moins de revenus au départ mais il compte sur votre fidélité pour faire plus d’argent sur la durée. Beaucoup de fournisseurs de logiciels ont démarré ce changement dès 1998 mais c’est Salesforce, grâce à des investissements massifs en marketing et en développement, qui marqué la vraie rupture entre les deux modèles.

Plus de services avec votre logiciel pour moins cher

Le vrai avantage de cette nouvelle génération de logiciels est le nombre de services dont bénéficient leurs utilisateurs :

  • Hébergement : l’éditeur héberge le logiciel et vos données pour vous sur un centre de données
  • Maintenance : toute la partie « technique » est gérée également par l’éditeur. Vous n’avez rien de plus à faire que du paramétrage
  • Sécurité : l’éditeur travaille souvent avec des professionnels de la sécurité qui offrent de bien meilleurs standards que ceux que vous pourriez avoir dans votre entreprise avec vos équipes
  • Mises à jour : le logiciel est mis à jour en continu. Il n’y a donc plus de mise à jour à acheter pour avoir la dernière version du logiciel
  • Support : l’éditeur offre très régulièrement un support par email réactif et une base de savoir sans frais supplémentaire

Moins de personnel pour gérer la technique, plus de services, et pour moins cher : tout est au vert avec les logiciels en ligne. Petit hic toutefois : l’accumulation de logiciels, modules ou extensions peut vite revenir cher à l’année sans que vous ne vous en rendiez compte. Il s’agit donc de faire le point chaque fin d’année sur le coût total de ces applications pour éventuellement les mutualiser ou en supprimer.

Choisir son logiciel sans se tromper

Quand il s’agit d’aller voir ailleurs pour trouver mieux les choses peuvent devenir compliquées. Le Web est en effet submergé de publicités bombardées par les géants du logiciel. La plupart d’entre eux sont d’ailleurs américains et font oublier que d’excellentes solutions françaises existent. On remarque aussi très souvent que la réalité est loi, voir très loin des promesses d’avant achat. Veillez donc toujours à passer par une période d’essai de 15 ou 30 jours et de consacrer le temps nécessaire au test du logiciel. Vos collaborateurs vous en remercieront !

Pour faire son choix parmi l’hyper-offre, vous avez 3 choix :

  • Vous demandez à des amis de vous recommender les logiciels qu’ils apprécient. C’est la manière la plus rapide de se lancer. La confiance que vous avez en vos connaissances vous fera sauter le pas plus vite.
  • Vous parcourez le Web : Google, Forums de discussions, comparatifs sociaux, etc. C’est ce qui peut paraitre le plus neutre mais ne vous y trompez-pas : la publicité se glisse jusque dans les forums
  • Vous prenez les conseils d’un consultant : c’est la solution idéale car le consultant endossera une part de responsabilité dans le projet. Il sera par ailleurs impliqué dans votre cahier des charges. Vous pouvez vous appuyer sur son expérience et ses connaissances pour faire le bon choix. Cette option est en revanche la plus onéreuse
  • Vous passer par une place de marché, un annuaire ou un comparateur de logiciels. La formule est d’entrée subjective car ces services sont en partie sponsorisés mais certain le sont moins que d’autres et, dans tous les cas, ils ne le sont pas plus que Google…

Le bon choix est celui qui vous mène au bon logiciel alors ne vous formalisez pas trop longtemps. Le plus mauvais choix est certainement de parcourir le Web car le temps de recherche peut être extrêmement long. In fine, il n’est pas certain que vous puissiez vous reposer sur des informations fiables et sérieuses qui vous permettront de prendre une bonne décision. Les comparateurs de logiciels comme GetApp ou appvizer.fr vous permettent à minima de définir votre besoin et de découvrir des logiciels. appvizer remporte en plus la palme de la neutralité car tous les éditeurs disposent gratuitement d’un compte pour présenter leur solution.